Le podcast entre dans sa deuxième partie ! Ici, nous allons chercher à répondre à cette question : Pourquoi je mange ? En effet, c’est une chose d’expérimenter l’alimentation consciente, et une autre d’instaurer cette habitude dans notre vie en lieu et place de la nourriture émotionnelle. C’est parti !

Pourquoi je mange sans faim ?

Dans son podcast The Life Coach School, Brooke Castillo propose un modèle que je trouve très intéressant pour expliquer notamment le fait que l’on mange sans faim.

Elle donne le modèle suivant :

Circonstance

–> Pensée

–> Emotion

–> Action

Les circonstances sont tout ce que l’on ne peut pas changer. Cela peut être des faits extérieurs, les personnes autres que nous, le poids affiché sur notre balance (on ne peut rien y faire sur le moment), essayer un vêtement et constater qu’il est trop petit, ou encore notre passé. Toutes ces choses ne peuvent être changées, y compris les paroles de nos proches, souvenez-vous en bien.

En revanche, ces circonstances causent des pensées chez nous. Par exemple, « oh non, il y a des gâteaux, je vais craquer », ou « j’ai pris un kilo, je suis grosse ». Ces pensées engendrent des émotions : colère, frustration, envie, culpabilité … Ces émotions peuvent être liées à un besoin (besoin d’être aimé) ou à une peur ou un complexe.

Ce sont ces émotions qui vont causer l’action : par exemple, manger un aliment gras, « craquer » alors qu’on fait attention à notre alimentation…

Imaginons que vous changiez vos pensées. Dans le cas où il y a des gâteaux à table, imaginez que vous vous dites : « j’aime beaucoup ces gâteaux, mais je n’ai pas faim. Je vois que j’ai fait des progrès avec ma démarche ! C’est super, je suis fière de moi ». Pensez-vous que vous mangerez un gâteau par la suite ? Pour être passée par là, je peux vous le dire : non, pas du tout. La fierté d’avoir progressé éclipse totalement les gâteaux.

Le seul problème ici, c’est qu’on n’a pas du tout l’habitude de contrôler nos pensées et nos émotions ! Comment faire dans ce cas ?

Comment choisir nos pensées ?

Vos pensées apparaissent dans un endroit bien particulier : votre esprit. C’est lui qui tourne en boucle à mille à l’heure chaque jour, lui qui vous pollue en permanence avec l’image du gâteau que vous avez aperçu dans une boulangerie.

J’ai une bonne nouvelle : il est possible de contrôler son esprit. Des milliers de personnes le font chaque jour … lorsqu’elles méditent. En effet, l’idée de la méditation pleine conscience est justement de surveiller son esprit, de s’en séparer pour mieux l’observer !

Pour apprendre à méditer, c’est par ici : Débuter la méditation pleine conscience

La méditation pour comprendre pourquoi je mange

Oui, oui, c’est bien par la méditation que je conseille de commencer. C’est une première étape, bien sûr, mais elle est très simple, et complètement déconnectée de la nourriture, ce qui permet de créer une pause dans la journée où, dans un premier temps, vous n’allez pas penser à manger. On verra à l’épisode suivant à quel point la méditation est un allié précieux pour maîtriser ses pensées et émotions négatives et ainsi, arrêter de manger pour cacher une émotion négative, la pression, le stress …

Méditer, ce n’est pas s’asseoir et arrêter de penser, contrairement aux croyances. Au contraire, c’est un moment de pause, de pleine conscience, où vous allez vous observer. Pas de panique, ça s’apprend, et c’est très facile !

La méditation guidée : c’est quoi ?

Il s’agit de méditations où un coach vous guide. Idéales pour les débutants, elles permettent :

  • d’être concentré: le/la coach va vous dire sur quoi vous focaliser : votre respiration, les mouvements de votre ventre, les sensations dans votre corps, les bruits extérieurs … l’idéal quand vous n’avez jamais médité.
  • de ne pas (trop) perdre le fil: souvent au début (mais aussi après !), l’esprit peut se mettre à vagabonder à n’importe quel moment, et on a l’impression de ne pas méditer, d’échouer … La méditation guidée vous permet de vous ramener en permanence au sujet de la méditation.
  • d’avoir confiance en soi :perdre le fil peut laisser penser qu’on a raté sa méditation, qu’on est nul… surtout au début. Le coach de méditation guidée se charge de vous rappeler que c’est totalement normal et que ce que vous faites est déjà très bien.

Exercice : Débuter la méditation maintenant !

Plutôt que de disserter longuement sur le sujet, je vous propose d’essayer ! Direction la page Méditations : vous y trouverez une petite méditation toute simple, accessible aux débutants comme aux habitués.

Vous pouvez l’écouter dans les transports en commun ou à la maison, il vous suffit de fermer les yeux et de vous laisser guider. Alors, convaincu ?

Comprendre pourquoi je mange

Vous l’aurez compris, l’idée est de surveiller son esprit, de se détacher de lui pour l’observer, notamment dans nos moments propices au foodfighting (pendant le brouhaha mental, lorsque notre main se faufile toute seule dans le tiroir à gâteaux …). Petit à petit, vous commencerez à reconnaître ces pensées négatives qui créent les compulsions alimentaires, ou encore vous dévalorisent, et arrêter les craquages causés par ces pensées.

À ce moment-là, surtout, n’essayez pas de changer radicalement vos pensées ! Cela peut avoir l’effet inverse et mener à une sensation d’impuissance. Observez vos émotions, vos pensées avec curiosité.

Prenons un exemple : si un enfant faisait une grosse bêtise, vous n’iriez pas lui hurler dessus à quel point il a tort. Vous lui expliqueriez certainement avec bienveillance pourquoi il vaut mieux éviter de recommencer, ou encore mieux, vous chercheriez pourquoi il a fait cette bêtise pour mieux comprendre !

Il en va de même ici : observez-vous, prenez votre temps, mais n’essayez pas de changer radicalement. Nous aborderons le changement dans l’épisode suivant !